Enquête intime pour peau lisse


Alors qu’il écartait un à un les orteils de Sonia, effleurant doucement la pulpe de chacun d’eux, avant de les sucer goulûment, Bakar se demandait jusqu’où il pourrait aller pour résoudre une énigme. Pourquoi cette soif insurmontable de savoir vite le possédait ?

N’aurait-il pas pu attendre, l’interroger plus conventionnellement, demain, dans son bureau ?

Non, la clef était là, sous ses doigts et il n’aurait de cesse de la caresser, de la scruter millimètre par millimètre jusqu’à ce qu’elle parle.

Tout avait commencé dans l’après-midi quand une belle femme de quarante ans fit irruption dans le commissariat, voulant être entendue en urgence.

Bakar, absorbé par une affaire de meurtres en série, ne pouvait la recevoir et envoya un officier prendre sa déposition. Des cris fusèrent bientôt dans le couloir.

« C’est un scandale ! Le préfet est un ami vous aurez de mes nouvelles ! »

Bakar, agacé, daigna sortir de son bureau et se trouva devant une ravissante femme, cheveux courts, peau mate, nez refait, lèvres aussi. Elle était toute de blanc vêtue avec un chemisier à manches longues et pantalon moulant se resserrant aux chevilles sur des pieds sertis de chaussures noires à talons fins et hauts. Les formes qu’épousait cette première et fine couche de tissu ne laissèrent pas le commissaire insensible.

Les seins comme les fesses faisaient saillie, et ce corps magnifiquement modelé semblait entièrement couvert d’une sorte de résille sombre qui apparaissait en transparence sous les habits blancs. Un discret et gracieux tatouage épousait le coup de pied et allait s’insinuer sous le pantalon comme un appel à le suivre plus haut.

« Que se passe-t-il ? »

La femme, apercevant la silhouette juvénile de Bakar, monta d’un ton de voix.

« Je veux parler au commissaire ! Pas à un inspecteur incompétent, ni à un jeune stagiaire. »

Bakar, toujours amusé par ces quiproquos relatifs à son âge, s’empressa de préciser qu’il était le commissaire en personne.

À ces mots, la pulpeuse plaignante croyant en une plaisanterie, caressa la joue de Bakar.

« Un commissaire presque en culottes courtes ! Comme c’est amusant ! »

Le texte PDF entier

Toutes les enquêtes du Commissaire Bakar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s