Pseudo

Paul MARTIN

Saint Étienne

février 1943

La nuit était tombée, un petit vent glacial portait quelques cristaux de neiges. Le trottoir blanchissait doucement et marquait à la trace l’inspecteur Martin en étouffant le bruit de ses pas. Il remonta le col de son manteau et ajusta son chapeau presque machinalement. Il sortait d’un commissariat du centre-ville de Saint-Étienne en l’an de grâce 1943. La journée de travail s’achevait, la blague de tabac était presque vide et sa pipe chaude. La bouche sèche d’une menace permanente qui ne laissait pas une seconde de paix dans son esprit en guerre dans cette ville occupée. Son ouïe aux aguets lui jouait des tours. Une envie irrépressible de se retourner le saisissait par instant. Sa nuit ne faisait que commencer. Juliette sa femme ne dormirait pas non plus. Enceinte de sept mois, le fœtus sautera dans son ventre jusqu’au retour de son papa.

Il s’arrêta un instant à l’angle d’une rue sans réverbères, le temps de balayer furtivement ses arrières, il s’engouffra dans ce havre obscur et anonyme.

Télécharger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s