Lou veri


Le commissaire observait la garrigue noire. Les branches des chênes kermès semblaient lever leurs bras nus et calcinés vers le ciel. Les sentiers, invisibles jusqu’alors, révélaient leurs sinuosités d’argile rouge brûlée au milieu des cendres grises. Des murets de pierres sèches, insoupçonnables avant, éclataient par leur blancheur, leur peau de lichen calcinée laissant les rayons du soleil de la mi-juillet réverbérer sur le calcaire mis à nu. Les cigales avaient cessé leur lancinante mélopée, plongeant ce monde de cendre dans un silence sinistre. Un périmètre de dix mètres autour de la victime semblait intéresser particulièrement Bakar. Il ramassa un peu de terre qu’il plaça dans un sachet.

Lire sur Atramenta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s